Et si vous passiez au lombricomposteur pour réduire vos déchets ?

Marre de voir vos déchets organiques alourdir vos poubelles pour finalement partir en fumée ? Votre fibre écologique vous encourage à composter mais vous n’avez pas de jardin. Qu’à cela ne tienne, le lombricompostage peut vous permettre de transformer vos déchets organiques en compost. Sur votre balcon, votre terrasse ou même au sein de votre appartement. On vous explique comment et pourquoi ça marche !

Le lombricompostage, c’est quoi exactement ?

D’abord, un constat : 30 à 40 % de nos poubelles sont remplis de déchets ménagers qui pourraient être transformés en amendement fertilisant, utile pour nos jardins. Ok, vous n’avez pas de jardin, mais vous chouchoutez vos plantes vertes au quotidien, sur votre terrasse, votre balcon ou même à l’intérieur de votre appartement. Des plantes vertes ou fleuries à qui vous offrez du fertilisant ou que vous rempotez régulièrement. Donc, le lombricompostage est fait pour vous !

De quoi s’agit-il exactement ? Le lombricompostage c’est la transformation, dans un lombricomposteur, par des lombrics ou vers de terre, de vos déchets organiques en un amendement solide et liquide. Concrètement, les vers de terre, activement soutenus par des micro-organismes que sont certaines bactéries, mangent les déchets, les digèrent, produisent des excréments qui deviennent compost par un procédé de bio-oxydation. Et lorsqu’on sait qu’un ver de terre mange pratiquement l’équivalent de son poids en une journée et qu’il ne dort jamais, on imagine aisément la quantité de déchets traités et revalorisés.

J’imagine déjà la principale remarque que la présence de vers de terre peut faire naître dans les esprits : « Ça doit sentir mauvais ? ». Pas du tout puisque qu’il n’y a pas de fermentation. De plus, les enzymes contenues dans l’intestin des vers de terre suppriment toutes les odeurs. Vous voilà rassurés ?

Poursuivons donc nos explications en revenant à nos chers vers de terre qui s’activent pour notre bien. En effet, par leur action, ils produisent d’une part, un amendement solide, le compost qui se veut particulièrement aéré et léger. En effet, de par les déplacements incessants des vers de terre, un apport d’oxygène se fait naturellement.

Les vers de terre produisent d’autre part un fertilisant liquide, le lombrithé, directement issu de l’eau des végétaux. Inodore lui aussi et parfait pour l’arrosage des plantes, à raison d’une dose pour 10 doses d’eau.

Avoir un lombricomposteur chez soi : les avantages

Le premier avantage réside dans la réduction de nos déchets ménagers. Et à l’heure où nombre de communes facturent le ramassage des ordures au poids, le lombricompostage revient à alléger nos poubelles et donc à faire des économies.

Bien sûr, le lombricompostage a un avantage écologique puisque les déchets qui sont transformés ne sont pas incinérés. Ce qui est un plus pour l’air que nous respirons. De plus, ce système de compostage peut s’avérer ludique et pédagogique pour les enfants. Parce que reconnaissons-le, le travail de ces petites bâtes est particulièrement fascinant.

Enfin, le lombricompostage est très facile à mettre en œuvre en ville, dans un appartement. Le lombricomposteur ne nécessite aucun entretien particulier, le compost ne doit être ni retourné, ni aéré, ce sont les vers de terre qui travaillent pour vous. Il suffira juste de récupérer votre compost et le lombrithé une fois par mois.

Le lombricomposteur, comment ça marche exactement ?

Le lombricomposteur est une « boîte » en plastique, en frigolite ou en bois, constituée de tiroirs superposés, opaques et troués afin de laisser les vers circuler. On commence par le tiroir du bas que l’on remplit de déchets organiques, les vers de terre s’en occupent et lorsque tout est mangé et digéré, ils passent dans le tiroir supérieur. Vous pouvez dès lors récupérer le compost en retirant le tiroir et le lombrithé grâce à un petit robinet. Et continuer ainsi à l’infini en alternant les tiroirs. Globalement, un lombricomposteur avec 3 tiroirs peut suffire pour une famille de 4 personnes.

Que peut-on mettre exactement dans un lombricomposteur ?

Les épluchures et restes de fruits et légumes, crus ou cuits, le marc de café, les sachets de thé, les coquilles d’œufs, du papier essuie-tout, du papier journal (avec modération à cause de l’encre). On évite toutefois l’ail, l’oignon, l’échalote et le poireau, difficilement assimilables par les vers de terre, mais également les agrumes.

Halte aux idées reçues sur le lombricompostage !

On le dit et redit : le lombricomposteur ne dégage aucune odeur nauséabonde. Seul le compost récolté sent, mais l’odeur vous transportera dans un sous-bois puisqu’elle est proche de l’humus.
Inutile de vous faire peur en imaginant des vers de terre envahir votre appartement : ils préférèrent l’humidité et l’obscurité douillettes de leur lombricomposteur.
Enfin, vous pouvez partir en vacances tranquilles. Le lombricomposteur n’a pas besoin de vous pendant au moins un mois.

Vous êtes convaincus de l’utilité du lombricompostage. Vous reste juste à choisir le modèle le plus adapté à votre intérieur et à vos besoins. Et en la matière, les fabricants déploient des trésors d’imagination pour vous proposer des lombricomposteurs design et pratiques.